Transition digitale – Innovation – Mobilité - Compétitivité

TRACIP : Quand les données numériques sont au cœur des enquêtes judiciaires

90% des données numériques dans le monde d’aujourd’hui auraient été créées dans les deux dernières années. Un boom qui pose évidemment des problématiques notamment au niveau de la confidentialité de ces données, et donc de leur sécurisation. Et qui dit “confidentiel”, dit risque de comportements délictueux… Qu’en est-il lorsque ces données se retrouvent au cœur des enquêtes ?

Explosion des données sensibles
Les entreprises auront vécu une transformation majeure avec la généralisation du numérique. Conséquences diverses : développement du télétravail, tendance à utiliser son équipement personnel dans le cadre professionnel (BYOD), stockage de données professionnelles dans des espaces Cloud public (Google Drive, Skydrive …), banalisation de supports magnétiques à durée de vie courte ou destinés à être perdus (Clefs USB) et contenant parfois des données confidentielles… On peut parfois légitimement s’interroger sur la réelle protection apportées aux données dans l’univers professionnel.

Adista intervient régulièrement auprès des dirigeants d’entreprise avec une vision nouvelle du système d’information, sécurisée évidemment. Notre constat est que nos interlocuteurs agissent souvent d’abord pour assurer la pérennité de leur exploitation, parfois à cause d’un évènement déclencheur. Perte de données, fuite de fichiers confidentiels, comportement délictueux, espionnage industriel, acte de malveillance … Sans aller jusqu’à la crainte de voir la NSA accéder à ses fichiers (et pourtant …), nous ne pouvons pas nier l’absolue urgence de se prémunir contre ces comportements.

Adista compte d’ailleurs plusieurs experts auprès des tribunaux parmi ses collaborateurs. Investigation numérique, expertise judiciaire, récupération de données…  Nous avons voulu aborder ces sujets avec avec M. Joliot, Directeur Général de TRACIP, entreprise pionnière dans le domaine de l’expertise judiciaire en France. Quand l’innovation abat ses cartes dans la recherche de preuves.

TRACIP, premier laboratoire de récupération de donnéesTRACIP2
Dans le domaine de la récupération de données, les équipes TRACIP sont principalement missionnées par des grands groupes français. L’Etat, les TPE et PME font toutefois partie des clients, mais dans une moindre mesure.

Disques durs, clés USB, téléphones, GPS… les supports de stockage ne sont pas infaillibles. Pour Clément Joliot “Les supports endommagés peuvent être amenés à contenir des données stratégiques, confidentielles ou encore des éléments de preuve auxquels il faut pouvoir accéder. De par la nature de ces données, il est primordial pour l’entreprise de se rapprocher d’un tiers de confiance.” La récupération de données s’attache à redonner un accès en lecture à des médias endommagés de manière logique ou physique (disques magnétiques, mémoire flash,…).”

Leader de l’expertise et de l’investigation numérique
Les experts TRACIP sont également missionnés par des juges d’instruction ou des magistrats dans le cadre de procédures judiciaires. “Il peut s’agir par exemple de fraudes bancaires, de pédopornographie, de vols, de meurtre. Notre objectif, pouvoir fournir un maximum de preuves aux enquêteurs via nos techniques d’investigation. Des sociétés privées de toutes tailles font également appel à nous dans le cadre par exemple d’espionnage industriel, de la concurrence déloyale, du piratage informatique, de la fraude bancaire…”

TRACIP analyse les données contenues sur les supports les plus variés : disques durs, cartes mémoires, CD, DVD, clés USB, cassettes… A cela s’ajoutent les téléphones mobiles, PDA et autres Smartphones. Pour se faire, “Nous utilisons des technologies existantes bien sûr mais nous en développons aussi en interne pour des besoins particuliers. Nous devons constamment mettre à jour notre connaissance du stockage de l’information, des nouveaux produits, des nouveaux systèmes d’exploitation, des système de fichiers, disques durs, etc.”

Mobil’IT
TRACIP est précurseur dans de nombreux domaines. L’entreprise a d’ailleurs développé un laboratoire mobile d’investigation numérique. “Nous pouvons ainsi nous rendre directement sur site. Nous gagnons un temps précieux. C’est d’autant plus important dans le cadre d’une enquête où le temps est souvent compté. On accélère les temps d’analyse.” explique M. Joliot. “Par exemple, lorsque nous devons perquisitionner une entreprise qui compte 500 ordinateurs, c’est évidemment plus simple d’être sur place.” 

TRACIP commercialise désormais ce laboratoire mobile “ça peut être extrêmement intéressant pour un pays peu avancé technologiquement ou qui est tout simplement mal équipé. Le pays peut disposer d’une laboratoire de pointe directement opérationnel, pour coût abordable”.

TRACIP agit également dans le domaine du conseil, de l’équipement et de la formation auprès du Ministère de l’intérieur et de la Gendarmerie nationale ; des ministères de la défense et de la justice ou de grands compte privés.

Pour en savoir plus sur l’entreprise http://www.tracip.fr/

Les commentaires sont fermés.