Transition digitale – Innovation – Mobilité - Compétitivité

LE BYOD s’essouffle… Entre risques et engouement, quels constats ?

Le BYOD (Bring Your Own Device)* est aussi inéluctable qu’il suscite les controverses. Rappelons que cette tendance consiste à accéder à des informations professionnelles, donc par essence confidentielles, via des outils informatiques personnels (smartphones, tablettes…). Entre l’engouement suscité par le côté pratique/productif, les risques importants en terme de sécurité et la difficile mise en place d’un projet BYOD « sécurisé », quels sont les constats et alternatives ?

Source : Etudes Forester et Gartner

Pourquoi les salariés l’ont-il adopté ?

En France, 62% des salariés ne seraient pas satisfaits de leurs outils professionnels et quasiment 8 sur 10 utiliseraient un Cloud personnel au travail. Et bien sûr, cette tendance s’exprime alors même que le besoin ATAWAD (Any time, Any Where, Any Device) explose.

Les entreprises frileuses mais tolérantes

Le phénomène implique de nombreux risques pour la sécurité de l’entreprise et de ses données : pertes et vols de terminaux, capture ou modification des données, attaques pouvant impacter le Système d’Information, risques sociaux et juridiques. 45% des jeunes auraient déjà subi une attaque sur leur PC et 1 sur 7 sur leur smartphone.

Malgré ces dangers, les entreprises ont laissé cette tendance BYOD se développer, par souci de praticité et de productivité. Illustration de cette ambiguïté, l’ANSSI a revu récemment sa position sur le sujet. Son président Patrick Pailloux, qui avait lancé en 2012 « Je suis carrément contre », a démontré en octobre dernier lors des Assises de la Sécurité qu’il n’était plus opposé à l’introduction d’appareils grand public dans l’entreprise si sa configuration était sécurisée.

Gartner prévoit l’abandon de 20% des projets BYOD d’ici 2016.

Un recul du phénomène ?

Cependant, en ce début d’année 2014, les analyses montrent un recul du phénomène. En Europe, il est notamment freiné par un système réglementaire complexe, un système d’imposition défavorable, le coût d’utilisation élevé des données mobiles, mais aussi par les problèmes de sécurité demeurant des facteurs bloquant son expansion.

Les conséquences ? Le cabinet Gartner nous les explique : les entreprises auraient tendance à mettre en place des mesures de contrôle trop restrictives… une politique qui aboutira selon Gartner à l’abandon de 20% des projets BYOD d’ici 2016. A savoir que d’ores et déjà seulement 15% des entreprises européennes auraient dépassé la phase de pilotage d’un projet de BYOD.

Achat Corporate, la nouvelle mode ?

Le BYOD laissera peut-être la place à une nouvelle mode, celle du COPE (Corporate Owned, Personally Enabled) qui consiste à permettre aux utilisateurs de faire leur choix parmi une liste de smartphones établie par l’entreprise. Le COPE permet de mettre à disposition des salariés des terminaux achetés et configurés par l’entreprise pour un usage professionnel et compatibles avec un usage personnel.

Des solutions proposées par Adista

Face à cette tendance, Adista propose plusieurs solutions, que ce soit pour sécuriser les données de l’entreprise, ou pour intégrer dans le système d’information des périphériques qui n’ont pas été acquis par l’entreprise.

Mobile Device Management pour la gestion des terminaux mobiles, services de contrôle d’accès ou d’intégrité (NAC ou Network Access Control), solution de stockage et partage de données dans le ‘Cloud’ avec AdistaDrive, mise en œuvre de réseaux dédiés au BYOD, tous ces services sont accessibles aux PME par le biais des 21 agences Adista.

*En bon français : AVEC, Apportez Votre propre Equipement de Communication !

Les commentaires sont fermés.