Transition digitale – Innovation – Mobilité - Compétitivité

Français, tous numériques !

Tous ceux qui ont vécu la consumérisation du secteur de l’IT savent que le sujet est d’importance. C’est souvent la maturité digitale dans le quotidien domestique qui facilite la digitalisation des entreprises. On utilisera toujours plus facilement au travail les outils qu’on apprécie chez soi. L’un des freins à cette évolution dans le monde du travail est que cette transformation digitale est perçue comme un risque d’échec professionnel pour les collaborateurs.

L’étude annuelle de référence sur ce sujet, c’est le baromètre du numérique réalisé au CREDOC* pour le Conseil Général de l’Economie, pour l’ARCEP** et pour l’Agence Numérique. Généralisation des usages, banalisation de la connexion, perception du haut débit dans les territoires…que nous enseigne cette étude en 2016 ?

Internet pour tous !

La proportion d’internautes pour la population des moins de 40 ans est désormais de 100%, et de 78% pour les plus de 40 ans ! L’usage quotidien est devenu une réalité pour 74% des personnes interrogées, quels que soient le lieu et le mode de connexion.

Conséquence : même si le temps passé devant sa TV reste le même qu’il y a 4 ans (20 heures), le surf devant le web talonne ce qui est encore l’écran principal du foyer. En prenant en compte toute la population, internaute ou pas, un Français passe en moyenne 18 heures par semaine sur le web, contre 13 heures il y a 4 ans.

Premier résultat surprenant, le principal usage des Français est l’administration en ligne.  62% d’entre eux ont réalisé des démarches administratives ou fiscales, une progression très forte d’une année à l’autre (+9 points). 9 adultes sur 10 jugent faciles les outils de l’administration en ligne. Cette utilisation dépasse même les achats en ligne et le surf pour l’actualité.

Le fait est que tous les usages d’internet sont en hausse :

  • Les réseaux sociaux gagnent 4 points avec 56% d’utilisateurs (dont 84% des moins de 40 ans).
  • La musique (streaming ou download) concerne 55% des sondés.
  • La téléphonie dépasse désormais le tiers d’utilisateurs (35%, +2 points) avec des outils comme Skype ou Hangouts.
  • La formation balbutie encore, seulement 14% des personnes interrogées ont utilisé internet pour se former et moins d’une sur deux considère que c’est un bon outil pour ça. Les années qui viennent pourraient voir cet usage décoller notamment avec le développement des MOOCS.
  • 60% des Français ont effectué des achats en ligne (+5 points).

Conséquence de cette poussée de l’achat en ligne, les freins au commerce électronique évoluent : si la sécurité des paiements reste le premier blocage, elle baisse de 13 points dans les réponses. Par contre, le besoin de bien voir les produits se fait plus pressant (+8 points).

La mobilité connectée devient le must à prendre en considération par tous les acteurs de l’économie numérique. Avec le smartphone, on surfe sur internet (%), on télécharge des applications (48%), on utilise les possibilités de géolocalisation (2%), et plus du tiers visionne des vidéos (34%).

Les applications de messagerie Over The Top (WhatsApp, Facebook Messenger, Snapchat, Skype…) concernent désormais près du tiers des individus, et même 60% des 12-17 ans.

La 4G ? Utilisée maintenant par 57% des possesseurs de smartphones, et 42% de la population, trois fois plus qu’il y a deux ans.

 

Banalisation de la connexion 

Le principal constat de cette étude est la multiplication des équipements et le recul ou la stagnation des “vieux outils”.

On notera en effet la poursuite de la baisse de la téléphonie fixe. L’équipement en téléphonie mobile dépasse désormais de 5 points celui en téléphonie fixe (93% contre 88%). Le double équipement fixe et mobile s’impose en France, et nous sommes le 5ème pays en Europe sur ce point.

Le marché de la micro-informatique en souffre certainement : l’équipement en ordinateur stagne (82%), alors que la connexion internet à domicile progresse encore de 2% (85%).

Le nomadisme digital continue sa montée : 5 points de mieux pour les tablettes, 7 points pour les smartphones. 65% des Français ont désormais un smartphone, et quatre sur dix une tablette. Le triple équipement, ordinateur + tablette + smartphone, dépasse désormais le double équipement, ordinateur + smartphone, (30% +5 vs 29% +2).

Et il ne reste plus que 11% des individus qui ne possèdent aucun de ces trois équipements, proportion qui a reculé de trois points en une année.

 

La satisfaction est aussi variable que le débit…ou les usages.

Globalement, les Français sont contents de leur connectivité. Etonnant quand même quand on sait que la France se situe à la 26ème place sur 28 pays européens pour ce qui est de l’accès au Très Haut Débit. Le bilan est plus mitigé quand on le regarde de plus près.

Ceux qui utilisent internet depuis leur mobile sont satisfaits pour 83% d’entre eux. Même en zone peu dense, cette satisfaction est majoritaire (77%).

Si l’on considère l’usage de l’internet à domicile, que ce soit par le fixe ou le mobile, c’est l’utilisation qui détermine la satisfaction. En zone peu dense, en ne prenant en compte que la relation avec l’Administration ou la recherche d’emploi, seuls 13% des individus considèrent que la qualité de leur connexion n’est pas suffisante. Mais dès que les usages sont plus gourmands en bande passante (notamment pour la vidéo), 33% des habitants en zone peu dense déplorent une qualité insuffisante, et encore 26% en zone dense !

Inquiétant, la difficulté à passer des appels depuis un mobile ou à envoyer des SMS est encore une réalité pour un quart de la population en zone peu dense.

 

Le digital n’est plus, le quotidien l’a digéré.

Conclusion peut-être rapide, mais la tendance est là. Il est de plus en plus compliqué de se passer d’internet, et les Français ont intégré le numérique dans leur vie quotidienne. Au point que moins du quart des personnes interrogées se disent prêtes à se passer de connexion trois semaines ou plus.

Avoir accès à Internet est considéré comme important pour être intégré dans la société, et cette affirmation c’est 65% des Français qui la partagent, avec une progression très forte depuis 2009 (+11 points). Presque un tiers des sondés (28%)  répondent “très important” à cette question.

Une étude de ce type regarde derrière nous mais elle permet de constater le chemin parcouru depuis la généralisation de l’ADSL il y a une quinzaine d’années seulement, et depuis l’apparition du smartphone il y a moins de 10 ans. Quand le digital fait partie du quotidien, c’est l’entreprise qui doit accélérer sa transformation, et c’est l’Administration qui refonde sa relation avec le citoyen.

 Toutes ces informations sont disponibles, en open data et le site de l’ARCEP propose une infographie qui résume bien cette étude.

*Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de vie

**Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes

 

Les commentaires sont fermés.