Transition digitale – Innovation – Mobilité - Compétitivité

Colloque régional : aménagement numérique du territoire et satellite

Adista organisait le 14 février dernier un colloque à Nancy/Laxou (54) sur le thème de l’aménagement numérique du territoire. L’occasion de mettre à l’étude un sujet extrêmement actuel, et devenu totalement incontournable pour les collectivités territoriales, engagées dans un processus de modernisation et de déploiement numérique du territoire. Le colloque a rassemblé près de 120 participants sur l’ensemble de la journée. Il était marqué par la présence de plusieurs experts du sujet : M. Caumont, Directeur Général d’Adista ; M. Dugas, Président de la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique, l’aménagement numérique du territoireM. N’Guyen, son Secrétaire Général ; M. Mau, Directeur du Collectif Référentiel Fibre Commun, Institut Mines-Télécom, auparavant Directeur du Haut Débit, Très Haut Débit et des Collectivités Territoriales pour l’ARCEP ; M. Sallaberry, Chargé de mission à la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies, M. Anstett, Directeur des Services d’Eutelsat. Sont également intervenus les dirigeants de tous les réseaux très haut débit du grand Est, Alsace et Lorraine. Les assises régionales du Très Haut Débit devraient être reproduites prochainement dans d’autres Régions. La fibre optique : un souffle économique et politique pour les territoires Le déploiement de la fibre optique, et donc de l’accès au très haut débit, sur l’ensemble du territoire national, induit une dynamique locale, mais pas seulement. Il s’agit d’établir une vision à long terme de l’économie du territoire. Pour Jean-Luc Sallaberry, « la fibre optique fait partie de ces rares investissements qui génèrent un retour sur investissement en termes d’emplois et de croissance pour les collectivités territoriales, ce qui n’est pas toujours le cas en matière d’investissement public. » Et Joël Mau d’ajouter « Le réseau fibre est fondateur d’une société numérique ; il y a urgence face au retard pris par l’Europe, et une urgence nationale pour la France. Il s’agit de garantir davantage que la modernisation du cuivre. » Pour la compétitivité de notre pays, de ses territoires et de ses acteurs économiques. Adista et l’internet par satellite Dans cette course vers un nouvel et vaste écosystème, les collectivités territoriales ont un rôle clé et fondamental à jouer. Elles doivent s’engager dans des initiatives publiques, garantes de l’intérêt général et de la neutralité. « Une nouvelle approche multi acteurs gagnante-gagnante est possible pour accélérer et couvrir tout le territoire en fibre avant 2022. Le déploiement du réseau cuivre s’est fait en 10 ans. Ne serait-on pas capable de faire pareil avec la fibre ? » explique Joël MAU. Mais les collectivités territoriales doivent s’engager avec les bons acteurs, via des procédures pertinentes, afin d’assurer la pérennité des projets ainsi que la stabilité et le retour  sur investissement. « Le gouvernement n’accordera pas de subvention pour la montée en débit qui n’aboutira pas sur de la fibre optique. Le gouvernement a pris conscience que la fibre est une technologie d’avenir, de montée en débit et d’accès au Très Haut Débit. » explique Jean-Christophe N’Guyen, Secrétaire Général de la Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique. Le Président de la FIRIP, Etienne Dugas, rappelle également que le « berceau des Réseaux d’Initiatives Publiques » se situe à Nancy, et a permis l’émergence de fournisseurs de services comme Adista, première société en France opérant sur un RIP pour livrer des services informatiques ou télécommunications. Une technologie complémentaire à la fibre optique : le satellite Pour Olivier Anstett, Directeur des Services Eutelsat, « l’utilisation du satellite doit être intégrée dans les processus de développement du Très Haut Débit et être prise en compte par les collectivités territoriales. » Cette technologie présente beaucoup d’avantages : aucun d’investissement en infrastructure ou génie civil, facilité de mise en place des services et disponibilité immédiate. C’est une réponse efficace à des besoins réels, notamment au regard de la fracture numérique. Pour exemple, la Lorraine compte 15000 foyers exclus d’un accès internet THD, et une fracture numérique s’établit aujourd’hui entre haut débit et très haut débit. Le lancement par Eutelsat de KA-SAT a permis de créer en Europe une nouvelle infrastructure de connexion au haut débit dans des conditions exceptionnelles. KA-SAT est le premier satellite européen dédié uniquement à l’accès internet et dispose de capacités très élevées en bande passante (70 Gbits/s). Adista s’appuie sur KA-SAT pour livrer aux professionnels son offre satellite Satelink, notamment dans quatre situations particulièrement pertinentes. * Proposer du très haut débit en zone blanche, par exemple pour des entrepôts, des usines, des agences situés loin de toute agglomération ou zone d’activité économique * Répondre à des besoins urgents de connectivité : en cas de situation d’urgence (accident industriel, catastrophe…), le satellite permet de disposer très rapidement d’une connectivité indispensable au fonctionnement de postes de commandement par exemple * Proposer des besoins d’accès Internet ponctuels : lors d’une manifestation sportive ou culturelle par exemple * Sécuriser des réseaux professionnels d’une entreprise : les professionnels sont très tentés par cette technologie en tant que solution de secours. Elle est totalement indépendante des réseaux cuivre ou fibre (qui ne sont pas à l’abri d’un coup de pelleteuse par exemple). Utilisée en solution de secours, sans infrastructure commune avec les réseaux internet traditionnels, le satellite est une solution très intéressante. La technologie satellite n’est donc pas une solution de remplacement des technologies cuivre et fibre, c’est une technologie complémentaire avec ses atouts propres. « Le satellite est complémentaire à la fibre et ne concurrence pas ou ne retarde pas le déploiement de la fibre. » précise Joël MAU. La mise en œuvre d’une solution satellitaire se fait très simplement, ne nécessite pas de génie civil, même dans une zone très rurale et éloignée des villes. Avec les réseaux d’initiative publique (RIP), les collectivités territoriales ont contribué à la dynamique de leur territoire et à l’émergence d’une nouvelle économie, celle des fournisseurs de services. Mais toutes les entreprises, tous les abonnés ne disposent pas encore d’une connectivité internet de très haut débit. Et Eutelsat multiplie les initiatives auprès des collectivités territoriales, notamment vers les maires, pour permettre cet accès égalitaire vers le haut débit. Adista commercialise son offre d’accès Internet par Satellite et Très Haut Débit par Satellite sous la marque Satelink. Vous trouverez toutes les informations concernant la mise en œuvre d’un Internet par Satellite pour les professionnels, ou d’une connexion Très Haut Débit par Satellite, sur le site dédié : www.satelink.fr

Aucun commentaire.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.